La collection privée de Bill Coleman mise aux enchères

La collection privée de Bill Coleman mise aux enchères
Marché

On connaît tous le jazzman Bill Coleman, décédé à Toulouse en 1981 après avoir donné ses lettres de noblesse au jazz swing de sa trompette et de ses chansons. Il a ainsi accompagné de grands noms tels que Django Reinhardt, Benny Carter, Mary Lou Williams et avait décidé de s’installer dans le Gers. C’est donc tout naturellement que ce fut dans l’hôtel des ventes de la ville d’Auch qu’eut lieu le 13 mars dernier, avant les dernières mesures de confinement suite au Coronavirus, la mise en vente de sa collection privée d’instruments de musique, mais aussi de vinyles qu’il aimait au plus haut point. Une seconde vente aux enchères, puisqu’il y a trois ans, en novembre 2016, une première avait cette fois mis en vente des photographies qui lui appartenaient, ainsi que livres, manuscrits et affiches.

Sous le marteau de Me Anne-Laure Anglézio, ce sont plus de 264 lots qui ont attiré les fans du trompettiste, mais aussi les curieux de découvrir les trésors qu’il recelait chez lui. Pas n’importe quels disques, puisque ces derniers étaient dédicacés par les artistes à l’attention de Coleman ou bénéficiaient d’un tampon spécial avec lequel il marquait ses vinyles. On y retrouvait ainsi des albums de Duke Ellington, Frank Sinatra, Ray Charles, Aretha Franklin, Louis Armstrong, mais aussi les Rolling Stones ou Elton John, à des prix tout doux (les quatre vinyles d’Ella Fitzgerald étaient estimés entre 5 et 10 euros. Parmi ses instruments de musique, on pouvait se procurer trompettes, tuba, trombones à coulisse, violons (dont un Marinus Capicchioni de 1947) ou encore flûte traversière et mandolines. De quoi ravir ses nombreux admirateurs.

Facebook Comments