Le long jeu : comment Wolfgang Beltracchi a escroqué le monde de l’art

Le long jeu : comment Wolfgang Beltracchi a escroqué le monde de l’art
Die Lebensfreude par Max Ernst. Image provenant de Flickr
Marché  -   Trafic

L’ancien faussaire John Myatt qui, dans les années 1980, a contrefait des centaines de tableaux de maîtres et les a vendus à des institutions aussi prestigieuses que la Tate Gallery de Londres, a récemment déclaré aux journalistes qu’à son avis, il est « tout aussi facile aujourd’hui » de réussir un tel coup. Des événements récents semblent confirmer le point de vue de Myatt. Fin 2019, la fondation caritative du prince Charles a été mêlée à un scandale artistique de grande ampleur, dans lequel le playboy disgracié James Stunt aurait commandé des copies d’œuvres d’art célèbres au célèbre faussaire Tony Tetro, puis aurait tenté de les faire passer pour des œuvres authentiques. La maison de vente aux enchères Sotheby’s a été impliquée dans des batailles juridiques après avoir vendu un faux « vieux maître hollandais » pour 10,75 millions de dollars, et les répercussions persistent suite à une exposition malheureuse au Musée des Beaux-Arts de Gand.

L’exposition sur l’avant-garde russe a dû fermer prématurément après que certains des plus importants experts du domaine aient affirmé que beaucoup de ces œuvres étaient des faux. La réputation du musée a été sérieusement mise à mal, tandis que sa directrice a été suspendue de ses fonctions pendant près de deux ans. Le mois dernier, la police belge a arrêté le couple de collectionneurs au cœur du drame, Igor et Olga Toporovsky, qui sont accusés de contrefaçon, de fraude et de blanchiment d’argent.

Les Toporovsky n’ont pas encore été officiellement inculpés, mais certains éléments de l’histoire, un couple prétendant avoir amassé une étonnante collection durant une période mouvementée (dans le cas des Toporovsky, les jours chaotiques après la chute de l’Union soviétique), rappelleront à tout amateur d’art la saga surréaliste de Wolfgang Beltracchi. Beltracchi, surnommé le « plus grand faussaire d’art de notre époque », semblait destiné à un long séjour derrière les barreaux après qu’il eut été révélé que pas moins de 300 de ses faux étaient exposés dans les plus grands musées du monde. Huit ans plus tard, Beltracchi a réussi à bâtir une carrière lucrative en sortant de prison grâce à sa notoriété, alors que le monde de l’art était toujours aux prises avec les questions soulevées par son énorme fraude.

Où se situe véritablement la limite entre l’imitation et la contrefaçon ? Durant une grande partie de l’histoire, jusqu’à la Renaissance, les œuvres d’art étaient plus appréciées pour leur valeur esthétique que pour la véritable identité de l’artiste. Cela a changé tandis l’art est peu à peu devenu une marchandise, la reproduction non autorisée d’une œuvre étant alors considérée comme une contrefaçon et une fraude.

D’aucun pourrait dire que Wolfgang Beltracchi, peut-être l’une des figures les plus clivantes de toute l’histoire de l’art, est arrivé un peu trop tard pour que ses talents soient appréciés. Au cœur de la controverse qui entoure Beltracchi se trouve bien sûr la question de savoir exactement quels sont ces talents : est-il un artiste de génie à part entière, un brillant faussaire qui a porté le travail de peintres célèbres à un autre niveau ? Ou est-ce un copiste ordinaire qui a atteint la gloire grâce à sa maîtrise de son image ? Et comment Beltracchi a-t-il réussi à convaincre certains des experts en art les plus renommés du monde de valider ses tableaux en tant que chefs-d’œuvre nouvellement découverts de Max Ernst ou de Fernand Léger ?

Le prodige hippie

Il est évident d’où vient cet intérêt pour l’art chez Wolfgang Beltracchi, né Wolfgang Fischer à Höxter, en Allemagne. Son père était un peintre en bâtiment et un muraliste qui, à côté, produisait des copies bon marché de Rembrandt, Picasso et Cézanne. Mais de toute évidence, les talents de Wolfgang dépassaient de loin ceux de son père. À l’âge de 14 ans, il a choqué sa famille en peignant un Picasso décent en une journée seulement.

Si Beltracchi était clairement un prodige de l’art, il était moins doué à l’école. Jamais studieux, il a abandonné l’école à 17 ans. Il finit par s’inscrire dans une académie d’art à Aix-la-Chapelle, mais il s’ennuie à suivre des cours bien en deçà de ses capacités artistiques. Ironie du sort, un professeur insiste même sur le fait qu’il n’a pas dû faire ses devoirs, car le travail qu’il remet est « trop bon » pour être le sien : il manque à la plupart de ses cours, s’achète une Harley-Davidson et rejoint le mouvement hippie naissant.

Plus tard, Beltracchi se souvient avoir passé beaucoup de temps à se droguer avec des soldats américains qui s’arrêtaient à la base de l’OTAN voisine en rentrant du Vietnam, et il a essayé d’utiliser le chaos de l’époque comme prétexte pour son penchant criminel. « On ne se réveille pas un jour se disant : « Je vais devenir un faussaire. » » a déclaré Beltracchi au magazine d’art allemand The Forest. « Je suis né en 1951 et mes parents appartenaient à une génération qui avait été trahie à deux reprises par l’élite politique […] ma mère est devenue une anarchiste inactive et je suis devenu un « monstre » qui ne se souciait pas de la société établie dans les années 60. »

Beltracchi a conservé son mode de vie nomade et décontracté bien au-delà des turbulentes années 60. Alors qu’il errait entre une plage marocaine et les rues de Barcelone, Londres et Paris tout au long des années 70 et jusqu’au début des années 80, son talent artistique s’est manifesté de façon plus évidente, et il a commencé à gagner sa vie de façon décente en vendant et en achetant des peintures sur les marchés d’antiquités.

Le voyage vers le côté obscur

Contrairement à quelqu’un comme Tony Tetro, qui ne s’est jamais beaucoup intéressé à la peinture sous son propre nom et s’est rapidement lancé dans la falsification de tableaux de maîtres, Beltracchi brièvement tenté de peindre des créations originales. Il a même connu un certain succès au début, en présentant trois œuvres dans une prestigieuse exposition d’art à Munich en 1978. Mais déjà à cette époque, Beltracchi était attiré par une « vie de hors-la-loi ». Comme l’a dit un charpentier ayant travaillé sur l’une des maisons luxueuses du faussaire, « il m’a frappé comme une personne qui a toujours vécu… à la limite ».

Beltracchi a finalement franchi cette limite lorsqu’il a fait une affaire pour deux paysages d’hiver d’un peintre néerlandais inconnu du XVIIIe siècle. Le futur faussaire avait remarqué que les peintures néerlandaises représentant des patineurs à glace se vendaient cinq fois plus cher que celles qui n’en avaient pas. Sans hésiter, il a peint des patineurs dans des scènes et les a revendus pour des sommes considérables. Peu de temps après, il achetait de vieux cadres en bois et peignait des patineurs, les vendant comme des œuvres authentiques de vieux maîtres.

Beltracchi a tenté de faire le grand saut en 1981, en fondant la galerie d’art Kürten & Fischer Fine Arts aux côtés d’un agent immobilier de Düsseldorf. Mais le faussaire allemand n’était pas du genre à se réjouir d’être sur le droit chemin. Non seulement Wolfgang était profondément malheureux d’être assis toute la journée dans son bureau, mais son associé l’a vite accusé d’avoir volé des tableaux, ce que Beltracchi nie avec véhémence jusqu’à ce jour.

Sans travail et sans argent, il s’est tourné vers son petit trafic de contrefaçons et l’a amélioré. Il abandonna les vieux maîtres pour se concentrer sur les artistes français et allemands du début du XXe siècle ; un choix stratégique, car les pigments et les cadres de cette époque étaient beaucoup plus accessibles. Son volume de travail dépendait de son inspiration ainsi que de ses besoins financiers. « Parfois, je peignais dix œuvres en un mois, puis je passais six mois sans en faire aucune », expliquait-il dans une interview accordée en 2012 à Vanity Fair. Il revisitait sans cesse certains des mêmes artistes, l’expressionniste allemand Johannes Molzahn étant devenu l’une de ses spécialités. Ses faux étaient si convaincants, qu’il a vendu une douzaine de faux Molzahn, dont un à la veuve de l’artiste, qui ont rapporté jusqu’à 45 000 dollars.

La complice 

Wolfgang, cependant, n’est pas entré dans la cour des grands jusqu’à ce qu’en 1992, il rencontre Helene Beltracchi, une antiquaire à ses heures perdues qui travaillait pour une société de production cinématographique. Le marché de l’art était alors en plein marasme et Wolfgang avait suspendu temporairement son trafic de contrefaçons pour parcourir le monde et filmer un documentaire sur les pirates. Lorsqu’Helene rencontre Wolfgang pour la première fois, elle le prend pour un fou (un article sur les crimes des Beltracchi insistera plus tard que « la limite entre le génie et le fou est mince »), mais elle ne tarde pas à se raviser, admirant son intelligence et son perfectionnisme.

Quant à Wolfgang, il est tout de suite tombé amoureux d’Helene, 34 ans. « La première fois que j’ai vu Helene, je me suis dit que j’allais épouser cette femme et avoir des enfants avec elle », a déclaré Wolfgang dans une interview. Le faussaire par excellence avait vu juste ; Helene a rapidement quitté son petit ami de longue date et s’est installée chez Wolfgang. Ils n’ont jamais terminé le documentaire sur les pirates (selon Vanity Fair, ils ont laissé les acteurs et l’équipage bloqués à Majorque), choisissant de se concentrer sur un autre type de piraterie : escroquer des collectionneurs d’art.

Wolfgang a le sentiment d’avoir trouvé en Helene la personne idéale pour lui (il a un jour décrit son couple comme « les Bonnie and Clyde du monde de l’art […] mais avec des crayons ») et il a raison. Helene découvrit la vérité sur les affaires secrètes de Wolfgang « le premier ou le deuxième jour » de leur relation, mais ça ne l’a pas décontenancée et elle accepta vite d’être la complice de son mari.

La première incursion de Wolfgang et Helene dans le côté obscur du monde de l’art s’est déroulée plus facilement qu’ils ne l’auraient cru. Après avoir informé Lempertz (une maison de vente aux enchères haut de gamme de Cologne) qu’ils avaient un tableau du cubiste Georges Valmier du début du XXe siècle à vendre, un représentant de la maison de vente aux enchères a rapidement récupéré le « Valmier » pour 20 000 Deutsche Marks. Helene a été presque étonnée du peu de questions posées par la maison de vente aux enchères lors de l’évaluation du faux Valmier : « Normalement, on penserait que ces experts étudient le tableau et cherchent des preuves de sa provenance. [L’experte] a posé deux ou trois questions. 10 minutes plus tard, elle était partie », a-t-elle insisté.

Les pirates du marché de l’art 

Les Beltracchi ont été assez malins pour savoir que ce ne serait pas toujours aussi facile. Trois ans après avoir vendu le faux Valmier, ils ont élaboré une histoire sur laquelle ils se sont appuyés pendant des années pour expliquer la provenance douteuse de la grande quantité de faux qu’ils entendaient revendre à des maisons de ventes aux enchères et des collectionneurs crédules.

Helene prétendait avoir hérité d’une incroyable collection de son grand-père maternel, Werner Jägers, un riche industriel récemment décédé. Elle expliquait aux galeristes et aux collectionneurs que Jägers avait été ami avec le marchand d’art juif allemand Alfred Flechtheim. En 1933, quelques mois après l’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler, Flechtheim s’était exilé à Paris et les nazis s’étaient emparés de ses galeries à Düsseldorf et à Berlin. Mais juste avant cela, selon Helene, Flechtheim a vendu une cachette d’œuvres à Jägers pour une bouchée de pain, qui les a cachées dans sa maison de campagne dans les montagnes de l’Eifel, près de Cologne, à l’abri des pillages nazis.

Bien que Jägers soit légitimement le grand-père d’Helene, l’histoire présente quelques lacunes notables. Tout d’abord, Jägers avait été membre du parti nazi dans les années 1930, ce qui laissait planer le doute sur sa capacité à se lier d’amitié avec un négociant juif. D’autre part, la différence d’âge entre Jägers et Flechtheim aurait rendu leur amitié très improbable. L’histoire a cependant suffit pour que les Beltracchi ne soient pas inquiétés pendant des années.

Les Beltracchi étaient déterminés à renforcer leur subterfuge par tous les moyens nécessaires. Non seulement ils ont pris une photo d’Helene prétendant être sa propre grand-mère et l’ont soigneusement imprimée sur du papier d’avant-guerre, mais Wolfgang Beltracchi a commencé à coller de fausses étiquettes au dos de chaque œuvre, ce qu’il n’avait pas essayé avec ses précédents faux.

Les étiquettes, que Wolfgang tachait avec du thé et du café pour imiter la patine du temps, présentaient une caricature d’Alfred Flechtheim, le collectionneur juif qui aurait fourni tant de tableaux à Jägers, et proclamait que les tableaux provenaient de la « Sammlung Flechtheim », la collection Flechtheim. Les étiquettes ont peut-être donné de la crédibilité au faux récit que les Beltracchi avaient élaboré, mais ce serait aussi l’un des facteurs qui auraient conduit à la chute du couple. Wolfgang et Helene ne s’en rendraient pas compte avant des années, mais ils avaient commis leur première erreur.

Échappés de peu

En 1995, Beltracchi a commis une autre erreur qui l’a amené à se faire prendre pour la première fois. Il avait utilisé un pigment qui n’avait été inventé qu’en 1957 pour peindre un faux Molzahn censé avoir été peint au début des années 1920. Une enquête scientifique avait révélé que cette peinture, ainsi que deux autres prétendus Molzahn, étaient des contrefaçons, et la police soupçonnait Beltracchi d’avoir été impliqué dans la vente de ces œuvres frauduleuses.

D’une manière ou d’une autre, les Beltracchi ont échappé au filet qui semblait se resserrer autour d’eux. Le couple a toujours insisté sur le fait qu’ils ne s’étaient pas enfuis, mais il est difficile de tirer une conclusion différente de leur réaction furtive. Le couple a brusquement vendu sa maison à Viersen pour 1,7 million de dollars, a dit à une poignée de personnes où il se rendait et s’est rendu en Espagne en camping-car.

Ils se sont finalement installés dans un domaine de luxe, le Domaine des Rivettes, dans le Languedoc-Roussillon. Entre ses visites à la bourse et le week-end en Andorre au volant de sa Jaguar, Wolfgang a supervisé la coûteuse rénovation du domaine (les Beltracchi y ont ajouté un somptueux jardin et un mausolée où le faussaire espérait être enterré un jour) et a travaillé en secret sur ses plus grands « chefs-d’œuvre » dans un atelier à l’étage.

Le commerce de Beltracchi était en plein essor. Au tournant du millénaire, il réalisait des bénéfices à six chiffres pour chacun de ses faux. Toute son histoire est sans doute digne d’Hollywood, et il s’est approché du grand écran lorsqu’il a vendu une contrefaçon de Campendonk à l’acteur Steve Martin. Martin, un connaisseur d’art de longue date, ne s’est rendu compte qu’il avait possédé un faux que des années après l’avoir vendu chez Christie’s. L’acteur du Père de la mariée a plus tard fait remarquer que les Beltracchi « étaient assez malins en ce sens qu’ils lui ont donné une longue provenance et qu’ils ont falsifié les étiquettes, et que le tableau provenait d’une collection qui mêlait des œuvres authentiques à des faux ».

Beltracchi se portait si bien, en fait, qu’il a commencé à devenir arrogant. Imiter les œuvres des expressionnistes et des cubistes de second rang était assez sûr, et le faussaire s’était encore plus isolé en laissant Helene s’occuper de négocier avec les clients. Mais Beltracchi s’est progressivement mis à contrefaire des œuvres d’artistes plus connus, comme Fernand Léger et Max Ernst, des peintures qu’il pouvait vendre à des prix plus élevés, mais qui risquaient aussi de susciter un examen plus attentif.

Les experts

Pendant longtemps, les Beltracchi ont réussi à échapper à cette attention accrue en s’en tenant à une routine soigneusement conçue pour couvrir leurs traces. D’une part, Wolfgang lui-même n’a jamais eu d’interaction avec les clients. Il laissait cela à Helene, ou à leur homme de main Otto Schutte-Kellinghaus. Schutte-Kellinghaus, dont la peau pâle et l’habitude de s’habiller tout en noir évoquaient tellement un vampire que Beltracchi l’a surnommé « Comte Otto », était utile pour tromper les marchands d’art. Convaincus que le « Comte Otto » ne connaissait rien au monde de l’art, ils n’ont jamais soupçonné qu’il pourrait faire partie d’une opération visant à leur extorquer des millions pour des faux.

Le modus operandi des Beltracchi dépendait de l’assurance que les clients ne demanderaient jamais une analyse scientifique prouvant la provenance des œuvres qu’ils avaient achetées. Pour ce faire, le couple entreprenant s’est appuyé sur l’authentification des plus grands spécialistes de l’art, qui ont acclamé en masse la production du prolifique faussaire en tant qu’authentiques Braques ou Légers.

L’expertise de Beltracchi s’est avérée suffisante pour tromper même Werner Spies, un expert renommé de Ernst de 67 ans et ancien directeur du musée d’art moderne du Centre Pompidou à Paris. Il s’est rendu chez Beltracchi pour voir « La Forêt (2) » et l’a immédiatement déclaré authentique. Spies a rapidement mis Helene en contact avec un marchand d’art suisse, Yves Bouvier, lui-même une grande source de controverse au sein du marché de l’art, qui a triomphalement vendu La Forêt (2) de Max Ernst, longtemps perdue, à une société appelée Salomon Trading, pour environ 1,8 million d’euros, soit 2,3 millions de dollars.

Le tableau est passé à une galerie parisienne, Cazeau-Béraudière, qui l’a vendu en 2006 au magnat de l’édition Daniel Filipacchi pour 7 millions de dollars. « Avec Beltracchi, j’étais l’un des perdants », a déclaré Bouvier. « J’ai pourtant acheté des œuvres avec leur certificat à des marchands établis ». Piéger quelqu’un comme Yves Bouvier n’est pas chose facile, mais Helene affirme que même la veuve d’Ernst a appelé « La Forêt (2) » « le plus beau tableau que Max Ernst ait jamais peint ».

La chute

Beltracchi a peut-être réussi à tromper des experts en art comme Werner Spies et Yves Bouvier. Mais les beaux jours, durant lesquels les Beltracchi ont fait le tour du monde, envoyé leurs enfants dans les meilleures écoles et acheté de somptueuses maisons où ils ont installé des piscines à 700 000 euros, ne pouvaient pas durer.

Le maître faussaire avait déjà commis deux erreurs : il avait collé les fausses étiquettes de la Collection Flechtheim sur les tableaux qu’il avait créés pour la « collection » de sa femme et avait été négligent avec l’un des Molzahns, en utilisant un pigment anachronique. Et il a alors commis une troisième erreur, qui s’avérerait fatale à son opération soigneusement conçue.

Fin 2006, la sœur d’Helene a apporté un faux Campendonk à Lempertz. La célèbre maison de vente aux enchères l’a revendu à une société basée à Malte, Trasteco Ltd, pour 2,8 millions d’euros. Contre toute attente, l’acheteur a exigé que Lempertz lui fournisse un certificat d’authenticité, qui n’avait manifestement jamais existé. Insatisfait de la réponse de la maison de vente aux enchères, Trasteco a engagé Andrea Firmenich, une experte de Campendonk qui avait auparavant rassemblé le catalogue complet de ses œuvres et avait authentifié un certain nombre d’œuvres créées par Beltracchi.

Firmenich, qui jugera plus tard que les dommages causés par les arnaques de Beltracchi sont si dévastateurs pour sa réputation qu’elle hésite à commenter les nouvelles couvrant le scandale, soumet les travaux à une analyse chimique à Munich.

L’analyse, que les Beltracchi avaient longtemps repoussée grâce à leur grande courtoisie envers les experts, était accablante. Elle montrait que le travail contenait un pigment, le blanc de titane, qui n’existait pas en 1914. Beltracchi envoyait normalement des échantillons de chaque peinture qu’il utilisait aux laboratoires, afin de s’assurer que tous les pigments étaient disponibles au moment où vivait l’artiste qu’il copiait. Mais cette fois-ci, convaincu que personne ne verrait clair dans son jeu, il avait dérapé, utilisant un tube de « blanc de zinc » qui contenait 2 % de blanc de titane.

Pour les Beltracchi, ce procès a marqué le début de la fin de leur situation paisible, bien qu’ils aient échappé à la prison pendant quelques années encore. La police allemande, travaillant en coordination avec les plus grands experts en art, a commencé à trouver de plus en plus de tableaux portant de fausses étiquettes « Flechtheim ». Ils ont fini par contacter les membres de la famille de Werner Jägers et ont appris que son trésor artistique, censé être la source des « chefs-d’œuvre perdus depuis longtemps » de Wolfgang et Helene, était une imposture. La partie était finie pour le duo qui avait tiré un profit estimé à 22 millions de dollars de leur commerce frauduleux.

Les conséquences

Tôt le matin du 27 août 2010, cinq fourgons de police ont encerclé la voiture des Beltracchi alors qu’ils quittaient leur maison luxueuse à Fribourg-en-Brisgau. « On se serait cru dans Miami Vice », se rappellera plus tard Wolfgang à propos du raid dramatique. Leur procès, que le correspondant du Spiegel Michael Sontheimer a qualifié de « mascarade », a commencé un an plus tard à Cologne.

Dès le début, les Beltracchi ont séduit les médias et courtisé l’opinion publique, se présentant comme des farceurs innocents qui n’avaient fait que s’attaquer aux riches. Dans sa longue confession, Beltracchi a tenté de s’attirer la sympathie en décrivant sa jeunesse contre-culturelle sauvage et en dénonçant la « cupidité » et « l’arrogance » du marché surchauffé de l’art. « [Les experts en art] n’avaient qu’un seul problème : j’étais trop bon pour eux », a déclaré Beltracchi avec assurance. « Ceux qui me critiquent veulent juste se venger, ou ils sont jaloux ».

Pour aggraver les choses, l’accusation a peiné à présenter des preuves décisives que Beltracchi avait créé les faux, et en octobre 2011, le juge chargé de l’affaire a annoncé que les deux parties étaient parvenues à un accord. Wolfgang et Helene ont plaidé coupable pour avoir contrefait seulement 14 tableaux, et ont reçu en retour des peines relativement légères : incarcération pour seulement six et quatre ans, respectivement, avec remise de peine pour bonne conduite. De plus, les deux hommes ont été autorisés à purger leur peine dans une « prison ouverte », qu’ils pouvaient quitter pendant la journée pour travailler ensemble dans un studio photo.

« Cela ne ressemble pas à une punition », a conclu le New York Times, et René Allonge, le policier berlinois qui avait supervisé l’enquête sur les Beltracchi, semblait être du même avis. « Un tribunal allemand a jugé ces personnes, et je ne suis pas libre de commenter », a-t-il fait remarquer après avoir boycotté la sentence. « Tout ce que je peux dire, c’est que je ne trouve pas bon que quelqu’un sorte de la salle d’audience si sûr de sa victoire. Il y a des criminels similaires qui ont subi des peines beaucoup plus sévères, qui doivent passer beaucoup plus de temps en prison. Je ne pense pas que cela laisse une bonne impression ».

L’héritage des Beltracchi

En effet, les Beltracchi semblent avoir eu le dernier mot. Depuis la libération de Wolfgang en 2015, le couple a exploité à fond la notoriété que leur passé criminel leur a apportée. Ils ont publié plusieurs livres, dont une collection de lettres d’amour que Wolfgang et Helene se sont écrites pendant leur emprisonnement, et ont réalisé un documentaire. Le maître faussaire vend toujours des tableaux à des prix très intéressants, cette fois-ci sous son propre nom. Il a même l’intention de lancer une émission de télévision suisse intitulée « Academia Beltracchi », dans laquelle il voyagerait avec des étudiants en art et leur enseignerait l’histoire de l’art.

Le monde de l’art, quant à lui, lutte toujours pour faire face aux ramifications du réseau de contrefaçon d’art le plus lucratif de l’histoire. Beltracchi reste une figure incroyablement clivante. L’expert du marché de l’art Ralph Jentsch, qui a aidé à découvrir ses faux, affirme que le travail de Beltracchi était « médiocre » et des « faux grossiers » que seuls le manque de rigueur et la paresse de certains experts du marché de l’art faisaient paraître légitimes. Daniel Filipacchi aime toujours « La Forêt (2) » mais insiste pour que Beltracchi le signe de son nom. Le galeriste du faussaire, Curtis Briggs, l’a surnommé « le Robin des Bois de l’art », malgré le fait que personne n’ait profité de sa fraude plus que Beltracchi lui-même.

Bien sûr, il a contribué à mettre en lumière la cupidité et la négligence des acteurs du marché de l’art, qui ne paient que pour des noms, pas pour l’art lui-même, mais son trafic de contrefaçons n’avait pas pour but de remettre le marché sur le droit chemin ou d’aider les pauvres, il n’a fait que générer des profits pour lui-même et sa famille, avec d’énormes dommages collatéraux en cours de route. Spies, qui a certifié sept des faux Max Ernsts de Beltracchi, a admis à un magazine allemand qu’il avait brièvement envisagé de se suicider lors du scandale. « Comment pouvais-je supporter de savoir que j’étais impliqué ? », a-t-il expliqué. « Ma réputation était ruinée ! J’ai pensé que je devrais dire adieu à ce monde. »

Cependant, l’héritage le plus important des Beltracchi se reflète dans les titres de journaux récents montrant que beaucoup de faussaires suivent leurs traces.

Facebook Comments