Cézanne et l’Italie au Marmottan Monet

Cézanne et l’Italie au Marmottan Monet
À voir

Du 27 février au 5 juillet 2020, le musée Marmottan Monet propose une exposition inédite intitulée «Cézanne et les maîtres. Rêve d’Italie ». L’œuvre de l’Aixois y est mise pour la première fois en regard de chefs-d’œuvre des plus grands maîtres italiens du XVIe au XIXe siècle.

Tout au long de sa vie, Paul Cézanne a entretenu un dialogue intense avec les maîtres italiens. Lecteur de Virgile, d’Ovide et de Lucrèce dans le texte, infatigable visiteur des musées du Louvre et d’Aix-en-Provence, Cézanne ne s’est pourtant jamais rendu en Italie. Mais il a abondamment puisé dans l’héritage artistique de Rome, Venise, Florence et Naples. Pour rendre compte de cette influence, le musée Marmottan Monet associe une exceptionnelle sélection de toiles de Cézanne à un rare ensemble de peintures anciennes signées Tintoret, Le Greco, Ribera, Giordano, etc.

A l’inverse, Cézanne a servi de modèle décisif au Novecento italien. Des artistes comme Soffici, Carrà, Boccioni, Morandi et Pirandello découvrent l’Aixois – soit à Paris à l’occasion de la rétrospective posthume de 1907, soit en Italie où il est exposé dès 1908. Tous reconnaissent en Cézanne le passeur d’une certaine idée classique, un peintre de la permanence, et établissent un lien entre la solidité des primitifs italiens et le Français. C’est l’époque où les Italiens rompent définitivement avec la peinture religieuse ou mythologique des anciens pour privilégier le dépouillement et la simplicité des thèmes cézanniens : paysages, figures et natures mortes.

Riche d’une soixantaine de chefs-d’œuvre provenant des plus importantes collections publiques et privées du monde entier (musée du Louvre, Orsay, National Gallery of Art de Washington, collection Thyssen-Bornemisza de Madrid, Pola Museum de Kanagawa, Walker Art Gallery de Liverpool, …), l’exposition confirme de manière nouvelle la valeur intemporelle de l’œuvre de Cézanne.

Facebook Comments