Oscar Oiwa expose à la Maison de la Culture du Japon

Oscar Oiwa expose à la Maison de la Culture du Japon
Oscar Oiwa en action. Copyright Anne Samsons Communication.
Personnalités  -   Artistes

Accueillir enfin une exposition d’envergure d’Oscar Oiwa, surtout ex-nihilo, tel est le privilège de la Maison de la Culture du Japon avec Rio, Tokyo, Paris, des villes et des jeux, à admirer actuellement jusqu’au 14 décembre. On peut ainsi admirer trois immenses fresques de 6,70 mètres de long chacune, pouvant autant se superposer à la verticale qu’à l’horizontale et représentant Zeus au centre, entouré des villes de Paris, Tokyo et Rio, représentant l’avenir (les Jeux Olympiques de 2024 arrivant à Paris), le présent (avec les Jeux de 2020 au Japon) et le passé (les Jeux de Rio en 2016). « Cette thématique des Jeux OIympiques m’a parlé immédiatement : il y aura les Jeux en 2020 à Tokyo où j’ai vécu, je traite de ceux de Rio où j’ai également vécu et j’ai exposé à Paris. Les trois villes étaient une évidence pour moi », explique-t-il.

Copyright Anne Samsons Communication.

 

Sa présence est donc un grand moment d’émotion autant pour lui que pour les visiteurs. « Je suis ravi d’organiser une telle exposition à Paris. Je suis venu une dizaine de fois ici, mais c’est ma première grosse exposition dans cette ville, je n’en avais fait que quatre, plutôt personnelles jusqu’à présent, depuis 2001. On voit de plus en plus de dessins numériques de nos jours, mais j’ai voulu faire des dessins à la main. Les hommes ont toujours dessiné avec leurs mains, à partir de ce postulat, je fais beaucoup de dessins à la main, même si j’utilise également l’ordinateur pour faire des recherches sur les dessins que je veux réaliser. J’aime les grands formats de plusieurs mètres de long et de hauteur. J’ai réalisé ces dessins en seulement deux mois. Mes influences sont toujours l’art ancien, comme les rouleaux, ainsi que le cinéma pour les grands formats », poursuit le maître.

Une vidéo de 10 minutes est d’ailleurs diffusée, nous apprenant comment Oiwa a bien pu procéder. Une exposition qu’il partage avec les artistes Makiko Tanaka et Calmille Fontaine, aux œuvres tout aussi saisissantes. Pour les curieux, on peut également admirer le travail d’Oscar Oiwa actuellement, au Hangar à Bruxelles.

Maison de la Culture du Japon à Paris, 101 bis quai Branly 75018 Paris
Du mardi au samedi de 12h à 19h.
Entrée libre.

Facebook Comments