Le Grand Paris, nouveau terrain de jeu pour architectes audacieux

Le Grand Paris, nouveau terrain de jeu pour architectes audacieux
À voir

On la dit engorgée, fatiguée, muséifiée. Mais la capitale française n’a pas fini de surprendre. Véritable bol d’air frais, le Grand Paris est un terrain de jeu idéal pour les architectes et les artistes les plus audacieux.

La Ville Lumière est-elle condamnée à devenir une ville-musée ? La question ne cesse de hanter responsables politiques, urbanistes, hommes et femmes d’affaires, citoyens… Si bien que la mairie de Paris a dû multiplier les initiatives pour faire mentir les pronostics et montrer que la capitale française est encore capable de surprendre et inspirer.

C’était notamment l’objectif de « Réinventer Paris », un appel à projets urbains innovants lancé en 2014. Promoteurs, investisseurs et « concepteurs du monde entier » étaient appelés à « exprimer leurs talents et développer des projets d’exception » sur 23 sites appartenant à la Ville de Paris ou à ses partenaires. Avec un bilan extrêmement positif : aujourd’hui, dix bâtiments sont en construction dans la capitale : Boulevard Morland, dans le 4e arrondissement, l’énorme cité administrative de l’ancienne préfecture de Paris a entamé sa mue en quartier mixte. Rive gauche, l’hôtel particulier de La Bûcherie est en cours de transformation en centre de philanthropie. La Mairie de Paris offrait alors « carte blanche » aux cabinets d’architectes pour proposer des projets innovants et écologiques.

Mais le véritable atout dans la manche de la région parisienne reste sans doute le Grand Paris Express. La Société du Grand Paris (SGP) investit 30 millions d’euros dans des commandes à des artistes et designers reconnus dans le monde dans le but avoué de faire du plus grand chantier d’Europe le lieu de l’innovation sociale, urbaine et culturelle.

Le 20 décembre dernier, était annoncée la création de tandems d’architectes et d’artistes chargés de personnaliser ses nouvelles gares en prenant en compte la singularité de leur situation géographique et des territoires. Ainsi, l’architecte Dominique Perrault et l’artiste chilien Ivan Navarro réuniront leurs talents afin de personnaliser la gare de Villejuif, tandis que l’artiste sculpteur hollandais Krijn de Koning et l’architecte Denis Valode imagineront ensemble la nouvelle gare du Vert de Maisons, dans le Val-de-Marne.

 

Europacity : Transformer l’ensemble de la métropole

Si Paris veut garder une attractivité de classe mondiale, elle doit s’étendre, s’agrandir, se moderniser et incorporer de nouveaux projets ambitieux dans la métropole. Europacity est l’un des projets phares d’aménagement du territoire prévu par les décideurs publics qui doit dynamiser la croissance et l’emploi dans la région tout en proposant une « ville nouvelle » unique en Europe, entre espaces verts, espaces de consommation et lieux culturels.

On l’a souvent dit : le nouvel écoquartier, qui devra s’étendre sur 80 hectares dans le triangle de Gonesse (entre les aéroports du Bourget et de Roissy), accueillera de nombreux commerces, plusieurs salles de spectacles et d’expositions, des chambres d’hôtel, des restaurants et même une ferme urbaine. Ce que l’on dit moins souvent, c’est qu’EuropaCity a créé son propre concours afin d’attirer les plus prestigieuses agences d’architecture. « C’est le plus important concours d’architecture d’initiative privée jamais lancée en France, nous voulions explorer et découvrir 30 manières différentes de voir et d’imaginer EuropaCity », explique Matteo Perino, directeur des opérations du projet.

C’est une nouvelle réussite pour l’agglomération parisienne. Clément Blanchet, à l’origine de la bibliothèque Alexis de Tocqueville à Caen, du futur Parc des Expositions de Toulouse ou encore de l’École Centrale Paris sur le plateau de Saclay, réalisera le Cirque Contemporain d’EuropaCity.

 

Rayonnement durable

UNStudio se voit quant à lui confier le Centre cinématographique de l’écoquartier. Le cabinet promet d’en faire un centre culturel ayant pour objectif « la démocratisation de l’art cinématographique et de son univers, où chacun pourra expérimenter cette forme artistique au-delà des traditionnels cinémas ».

Tout aussi audacieux, l’Atelier COS construira un hôtel de luxe basé sur la floriculture. Ce nouvel espace offrira « une expérience client inédite avec ses lucioles, ses champs de fleurs sur le toit et son atrium traité en bambouseraie ». Isabel Herault et Yves Arnod réaliseront la salle de concert d’EuropaCity, un bâtiment « ouvert sur le parc avec un grand mur rideau dont l’aménagement extérieur couvert est conçu pour accueillir des concerts en plein air ».

Avec EuropaCity, le Grand Paris continue de redonner vie aux territoires en difficulté, comme il compte le faire à La Courneuve, où l’usine de chaudières Babcock doit se transformer en nouveau quartier avec logements, bureaux, commerces et espaces culturels.

Il s’agit, comme l’explique Gilles Poux, maire (PCF) de La Courneuve, de « se réinventer sans nier le passé ». Et sans hypothéquer l’avenir. La nouvelle énergie de Paris sera en effet propre et son rayonnement, durable.

Facebook Comments