Jeff Koons condamné en appel pour contrefaçon

Jeff Koons condamné en appel pour contrefaçon
"Fait d'Hiver" par Jeff Koons. Copyright Emmanuel Dunand pour l'AFP.
Personnalités  -   Artistes

Petit rappel des faits. En 1988, Jeff Koons avait réalisé une sculpture en porcelaine intitulée Fait d’hiver représentant un cochon et un pingouin portant secours à une femme évanouie dans la neige. Une sculpture rappelant furieusement une publicité diffusée trois années auparavant de la marque Naf-Naf, également appelée Fait d’hiver. Pendant 25 ans, Jeff Koons ne rencontre aucun problème à ce sujet. La sculpture avait même été achetée par la Fondation Prada en 2007 chez Christie’s, pour la somme de trois millions de dollars et avait été exposée au Centre Pompidou en 2014, lors de la grande rétrospective parisienne consacrée à l’artiste. C’est là que Franck Davidovici qui avait mis en scène la publicité Naf-Naf en 1985, remarque l’oeuvre en question. Branle-bas de combat : il demande au Centre Pompidou le retrait de cette dernière, ce qu’il obtient et assigne en justice non seulement l’artiste et le musée, mais aussi la maison d’édition Flammarion qui a publié le catalogue de l’exposition et la Fondation Prada. Le créateur leur demande 300 000 euros de dommages et intérêts. Le jugement rendu le 8 novembre 2018 va dans son sens et condamne Jeff Koons, sa société et le Centre Pompidou à 135 000 euros de dommages et intérêts. La société du plasticien doit également verser 11 000 euros pour avoir reproduit l’oeuvre sur le site Internet de l’artiste.

Jeff Koons fit appel et le tribunal de Paris vient de confirmer le verdict livré il y a deux ans et demi et va même plus loin : Jeff Koons est désormais interdit d’exposer la sculpture Fait d’hiver et à la reproduire sur quelque support que ce soit, même numérique, sous astreinte de 600 euros par jour. De plus, l’amende est passée de 135 000 à 190 000 euros. L’amende de 11 000 euros supplémentaire a également été majorée et passe à 14 000 euros. La cour d’appel a donc confirmé sévèrement qu’il s’agissait bien d’une contrefaçon. Un coup dur pour l’artiste.