La fermeture de la galerie Bernheim Jeune

La fermeture de la galerie Bernheim Jeune
Personnalités  -   Galeristes

Après cent cinquante ans de brillante activité, la célèbre galerie parisienne Bernheim Jeune ferme définitivement ses portes. Elle avait conquis sa réputation en présentant le meilleur de l’avant-garde et en promouvant certains des plus grands artistes de la modernité. Conformément à un communiqué de la direction mis en ligne en décembre dernier, l’espace d’exposition a été fermé pour laisser le champ libre à d’autres projets. C’est la conséquence d’un changement de direction survenu à la mi 2018, lorsque Guy-Patrice Dauberville avait cédé la responsabilité de la galerie. La famille a précisé que la décision de fermer n’est aucunement liée à l’état du marché.

Bernheim Jeune avait commencé ses activités en 1863. Le succès a couronné très tôt les remarquables expositions présentées, et les liens étroits noués avec des pionniers comme Delacroix ou Courbet, puis Van Gogh ou Cézanne. Dans le dernier quart du XIXe siècle, la galerie fut un des premiers lieux où les Parisiens purent découvrir l’oeuvre des impressionnistes. Les fils du fondateur Alexandre Bernheim Jeune, Gaston et Josse, organisèrent en 1901 la première rétrospective Van Gogh. Ils prirent en 1906 l’excellente décision de nommer Félix Fénéon à la tête de leur département d’art contemporain, fonction qu’il exerça jusqu’en 1920. Le critique de tendance anarchiste, éditeur de la Revue blanche, était l’un des meilleurs connaisseurs de l’art vivant à Paris. Grâce à lui furent exposés Bonnard, Vuillard, Seurat et bien d’autres, pendant qu’étaient signés des contrats avec Matisse, Vlaminck ou Utrillo.

En 1907, un an seulement après la mort de l’artiste, la galerie présenta une grande rétrospective Cézanne. Ce fut l’apogée de la gloire pour les frères Bernheim Jeune. Vuillard peignit leur portrait sous le titre « Les marchands d’art », et Bonnard leur consacra en 1920 une toile aujourd’hui exposée au Musée d’Orsay. De Bonnard comme de Renoir Guy-Patrice Dauberville, qui dirigeait la galerie depuis 2012, est un expert réputé. Il entend bien continuer à travailler sur eux à partir des archives de la maison. Sa fille Floriane, qui l’assiste dans ses recherches, a annoncé leur intention de poursuivre les catalogues raisonnés en cours, de même que la publication d’ouvrages spécialisés autour de la glorieuse contribution de Bernheim Jeune à l’art des XIXe et XXe siècles.