Baudelaire mis aux enchères !

Baudelaire mis aux enchères !
Par Jacques Demarthon/AFP.
Marché

La Maison Orsenat, à Fontainebleau, a mis aux enchères ce dimanche 4 novembre, une lettre de jeunesse du poète Charles Baudelaire, datée du 30 juin 1845, alors qu’il n’avait que 24 ans. Mais cette lettre de sept pages et demi a pour particularité d’être en fait une lettre d’adieu, Baudelaire y annonçant qu’il comptait mettre fin à ses jours. « Quand Mademoiselle Jeanne Lemer vous remettra cette lettre, je serai mort (….) Je me tue parce que je ne puis plus vivre, que la fatigue de m’endormir et la fatigue de me réveiller me sont insupportables » écrivit-il avant de se planter un couteau, sans gravité finalement. Le poète se sentait alors totalement abandonné par sa mère. Il était de surcroît mis sous tutelle judiciaire et avait contracté la syphilis dont il mourra finalement 22 ans plus tard.

Initialement estimée entre 60 000 et 80 000 euros, ce document d’exception a finalement été attribué à une collection privée près de Paris pour la somme de 234 000 euros. Mais ce ne sera pas la seule lettre écrite par Baudelaire ou adressée à lui, qui aura été mise en vente ce jour-là : une critique des Fleurs du Mal par Le Figaro et annotée par le poète a été adjugée à 19 500 euros, tandis qu’une lettre de Delacroix l’a été pour 7 540 euros. Une autre lettre, de Victor Hugo à Baudelaire, est partie pour la somme de 8 450 euros, sans compter des correspondances tenues avec Manet ou Barbey d’Aurevilly. Mais d’autres documents ont trouvé preneurs : une lettre de Henry Miller ou encore une première édition de La Bête humaine, annotée par Zola.